Voltige en MiG

20 novembre, 2017 (13:15) | aviation | By: admin

Des expériences singulières, j’en ai fait un certain nombre dans ma vie, mais clairement aucune d’aussi insensée que celle-là. La semaine dernière, en effet, j’ai découvert les sensations qu’on ressentait à bord d’un avion de chasse ! Cette découverte exceptionnelle a eu lieu à Moscou. Ce jour-là, je suis allé à l’aéroport où j’ai rencontré Jérôme, le pilote avec qui j’allais voler. Il a commencé par me détailler le programme, m’expliquer à quelle sauce j’allais être mangé. Ensuite, direction les vestiaires pour passer ma combinaison de vol et gagner le taxiway où m’attendait un appareil aux couleurs flashy. Il s’agissait d’un MiG29. L’appareil ne correspondait pas à l’image qu’on se fait d’un avion de chasse, mais Jérôme m’a rassuré en disant qu’il a servi pendant longtemps d’avion d’entraînement à la Patrouille de France : autant dire qu’il devait déchirer le slip, côté sensations ! Je me suis hissé dans le cockpit, ai pris place à l’arrière, et j’ai écouté le pilote faire ses check-lists de contrôle. Enfin, quelques minutes plus tard, nous avons roulé jusqu’à l’extrémité de la piste. Difficile d’expliquer ce que j’ai éprouvé quand je me suis retrouvé face à la piste, prêt à décoller. Mon coeur battait comme un tambour. La dernière fois que j’ai ressenti cette impression, c’est lorsque je me suis retrouvé face à un micro, à devoir faire un discours pour un mariage. Je me suis mis à regretter de m’être laissé embarquer là-dedans. Mais bon, j’ai fait une dernière prière et me suis laissé faire. Les premières minutes, ça a été bien plus paisible que je ne l’imaginais. Au point d’en être presque déçu. Je n’ai presque rien ressenti au décollage, et les premières minutes se sont résumées à un simple vol de découverte, un peu trop paisible à mon goût. Mais ce n’était qu’une façon de s’échauffer avant de passer aux choses sérieuses. Quand le pilote a entamé la voltige, j’ai réalisé à quel point ça allait être chaud les marrons (une expression que ma fille adore). La voltige n’a pas duré longtemps en soi. Et pourtant, à l’atterrissage, j’étais rincé. Mais j’ai adoré l’expérience ! Jamais je n’avais ressenti de telles décharges d’adrénaline dans les activités que j’ai pu pratiquer. Ce vol en avion de chasse est sans doute la chose la plus folle que j’aie eu l’occasion de faire. Ca va être dur de trouver quelque chose de plus extrême ! Pour en savoir plus sur ce vol en MiG, suivez le lien.